Eva & Torocoro

Blog de cuisine et coups de coeur

Gratin d’Orechiette aux épinards et kale

Je pense que cette recette sera ma dernière avec des épinards et du kale, jusqu’à l’année prochaine bien sûr. En allant au marché samedi, je n’ai pas pu résister à ces légumes que j’aime tant. Au début du printemps, c’est bien connu, la météo est toujours très instable. Un jour, il fait très chaud et le lendemain il pleut et il fait froid. C’est bien pour ça que ce gratin tombe à pic. Il est crémeux, réconfortant et avec une grande salade en accompagnement, le repas est prêt en un clin d’œil.

Pendant le weekend de Pâques, on a eu la chance de pouvoir profiter du jardin. Les enfants ont passé la journée dehors à jouer avec un simple morceau de bois habilement transformé en arc. De vrais vocations de Robin Hood  se sont développées !

Ingrédients :

  • 300 g de pâtes (j’ai utilisé des Orechiette)

  • 150 g d’épinards

  • 150 g de chou kale

  • 20 cl de crème liquide

  • 100 g de fromage de brebis frais

  • Sel et Poivre

  • Pour faire la chapelure (2 morceaux de pain sec, 1 gousse d’ail et 15 g de beurre)

Faites cuire les pâtes dans un grand volume d’eau bouillante salée, jusqu’à ce qu’elles soient al dente.

Pendant le temps de cuisson des pâtes, occupez-vous du reste de la préparation. Dans une poêle, faites cuire pendant trois minutes les épinards avec les feuilles de kale coupées en morceaux. Dans un bol, mélangez la crème liquide avec le fromage de brebis frais, salez et poivrez.

Réalisez la chapelure à l’aide d’un robot. Disposez le pain sec, l’ail et le beurre puis mixez.

Une fois que les pâtes sont cuites, mélangez-les aux légumes et au mélange de crème liquide. Étalez le tout dans un plat allant au four et rajoutez dessus la chapelure. Râpez du parmesan et parsemez-le. Enfournez à 180°c pendant 25 minutes environ.

Une recette de pâtes facile, un morceau de bois qui se transforme en arc, des choses toutes simples qui font des petits moments de bonheur.

Eva.

Le cake au chocolat et banane qui déchire !

Ce cake est juste dément. Il est fondant à l’intérieur et son topping à la banane lui donne une touche fruitée très appréciable. Ce cake est encore meilleur le lendemain, il semblerait que son parfum se développe davantage et il accompagne à merveille le café du matin.

La fête de Pâques est passée très vite ! Chez mes beaux-parents, les enfants ont ramassé les œufs dans la joie et l’excitation. Ils n’en ont pas oublié un seul ! Et vous, comment avez-vous passé ce weekend ?

Ingrédients :

  • 2 œufs

  • 120 g de beurre salé

  • 60 g de sucre rapadura

  • 3 bananes mûres (2 pour l’intérieur du cake et la troisième pour le topping)

  • 80 g de poudre d’amandes

  • 120 g de farine

  • 5 c.à s. de cacao non sucré

  • 1 c. à c. de levure chimique

  • Quelques pastilles de chocolat noir ou concassé

  • 1 c. à c. de café en poudre (optionnel)

Dans un saladier ou directement dans le bol de votre robot, mélangez le sucre avec les œufs jusqu’à avoir une consistance mousseuse. Ajoutez deux bananes écrasées et mixez à nouveau pour obtenir une préparation bien lisse. Versez le reste des ingrédients et mélangez bien à nouveau.

Préchauffez le four à 180°c.

Chemisez un moule à cake de papier cuisson. Déposez la moitié du mélange dans le moule préparé. Parsemez des pastilles de chocolat noir ou si vous le souhaitez des noix. Recouvrez avec le restant de pâte.

Coupez la banane en deux dans la longueur et disposez ainsi les deux moitiés sur le mélange, faces coupées vers le haut. Si vous avez opté pour incorporer un peu de café, parsemez-en dessus les bananes, ainsi que les quelques pépites au chocolat supplémentaires.

Enfournez 30-35 minutes environ. Sortez le gâteau du four et laissez-le tiédir dans son moule. Ce cake se conserve très bien. Vous pourrez le déguster à toute heure de la journée.

Les beaux jours arrivent déjà, ce cake sera parfait pour partir en pique-nique.

Eva.

Salade complète sauce tahin

La semaine dernière, je vous ai proposé une tarte aux carottes et sauce tahin. Cette fois, la pâte au sésame vient sublimer une grande salade réalisée avec des fruits et légumes de saison.

Officiellement, on est déjà au printemps mais le froid et la grisaille sont encore bien présents. C’est pour ça que j’adore réaliser des salades comme celle-ci, je trouve que ça fait du bien de mettre un peu de couleur dans l’assiette.

Ingrédients pour deux personnes :

  • 1 orange sanguine

  • 3 carottes de couleurs différentes

  • 1 morceau de chou violet

  • 4 ou 5 champignons

  • 100 g de chou kale

  • 1 petit radis noir

  • Quelques feuilles de persil

  • 150 g de quinoa trois couleurs

Pour la sauce tahin

  • 2 c.à.s. de tahin

  • le jus d’1/2 citron

  • 1 c.à.s. d’huile d’olive

  • 1 c.à.c. de miel

  • Sel et poivre

Séparez les feuilles des côtes du Kale. Coupez les feuilles de Kale en fines lanières. On peut faire blanchir le Kale pendant dix minutes à la vapeur ou le faire revenir dans une poêle pendant 5 minutes. Dans le même temps, dans un autre récipient, faites cuire le quinoa dans l’eau bouillante le temps indiqué sur le paquet.

Coupez les champignons en fines lamelles, ainsi que le radis, le chou et les carottes. Disposez tous les ingrédients en fonction de votre goût dans un saladier.

Dans un petit bol, mélangez le tahin avec le jus de citron et remuez. Rajoutez le reste des ingrédients et mélangez bien.

Versez votre sauce dans la salade et profitez bien de ces derniers légumes d’hiver. Les légumes de printemps arrivent déjà !

Eva.

Tarte aux carottes et sauce tahin

J’ai découvert le tahin (purée de sésame) quand je me suis lancée dans la préparation d’ houmous. Depuis lors, nous l’avons adopté dans la famille et nous l’utilisons régulièrement. Il est riche en calcium et phosphore ainsi qu’en acides gras insaturés.

Cette tarte a beaucoup plu à ma petite famille. Elle est très facile à préparer et elle est surtout un véritable joker. Cette tarte a besoin de très peu d’ingrédients pour un résultat réussi. L’idée de réaliser cette tarte m’est venue en découvrant que je n’avais plus que quelques carottes au frais.

Se promener au port ostréicole d’Andernos-les-bains est un véritable plaisir. S’y échapper ne serait-ce que le temps d’une journée vaut le coup. On se sent tout de suite déconnecté de la ville, comme si on était en vacances.

Ingrédients :

  • 3 carottes violettes moyennes

  • 1 grande carotte orange

  • 2 aillets entiers

  • 2 c. à soupe d’huile d’olive

  • 1 pincée de fleur de sel

Pour la pâte :

  • 200 g de farine

  • 100 g de beurre salé

  •  Eau

Pour la sauce sur le fond de tarte :

  • 2 cuillères à soupe de Tahin (purée de sésame)

  • 3 c.à.s. de crème liquide entière

Commencez par faire la pâte. Dans le bol de votre robot, déposez la farine, le beurre coupé en morceaux et rajoutez 4 ou 5 cuil. à soupe d’eau. Mélangez par petits à-coups jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse. Roulez-la en boule et placez-la au frais 30 minutes.

Pendant ce temps, à l’aide d’une mandoline, coupez les carottes en tranches fines. Si vous n’avez pas de mandoline, un couteau fera l’affaire. Réservez. Coupez en petits morceaux les aillets (tige verte inclue).

Dans un petit bol, versez les deux cuillères à soupe de tahin et mélangez avec la crème liquide.

Sortez la pâte du réfrigérateur et étalez-la sur votre plan de travail. Ce n’est pas la peine de beaucoup travailler les bords, de façon à laisser un côté rustique à cette tarte.

Étalez la sauce tahin à l’aide d’une cuillère sur toute la tarte. Ne lavez pas encore le bol. Rajoutez deux cuillères à soupe d’huile d’olive dans le même bol et remuez. Réservez.

Déposez-y les tranches de carottes crus. Rajoutez par dessus les aillets également crus. Salez et poivrez.

Versez le mélange d’huile d’olive par dessus. Repliez les bords de la tarte vers le centre.

Enfournez à 190°c pendant 35 minutes environ.

Votre tarte peut être dégustée. Accompagnée d’une petite salade, votre repas est prêt. Les journées rallongent et je commence à avoir envie de tartes et de balades comme celles-ci !

Eva.

Garopapilles, une étoile dans l’univers culinaire

Il y a quatre ans, je suis tombée sous le charme de ce restaurant bordelais. Son concept et sa cuisine m’ont plu tout de suite. Un vrai coup de cœur ! Je vous en avais déjà parlé par ici.

Si je vous en parle à nouveau, c’est parce que Garopapilles a gagné une étoile au Michelin. Désormais, il fait partie du firmament étoilé de la haute gastronomie.

Dans ce lieu, vous ne trouverez pas de nappes blanches mais des tables en bois brut qui mettent en valeur la cuisine d’auteur. Tout est simple et authentique. Depuis quatre ans, nous avons suivi l’évolution de ce restaurant hors pair avec bonheur.

Garopapilles est souvent cité dans les magazines dédiés à la gastronomie mais aussi dans les magazines d’actualité. Aujourd’hui, pour y obtenir une table, il est nécessaire de réserver au moins quinze jours à l’avance pour le midi et un bon mois pour le soir.

Autre élément de changement, c’est l’équipe.

Aujourd’hui, c’est une belle brigade qui vous accueille pour vous faire vivre une expérience unique et un voyage culinaire. En cuisine : Geoffrey Languille est le sous-chef, Léa Monin est apprentie, Marc Waldburger s’occupe des cuissons et Benjamin Laurent de la pâtisserie.

La cuisine est ouverte sur la salle et elle reste un lieu d’échanges. Rien à cacher et un véritable savoir-faire apparaît sous vos yeux.

Camille Ceyrat s’occupe de la salle. Si vous y allez, elle vous assurera un bel accueil. Elle est pétillante, souriante et transmet son enthousiasme.

Gaël Morand continue de nous faire découvrir des vins d’exception, débusqués sur le territoire français mais aussi à l’étranger. Je vous conseille vraiment de vous laissez guider par ses accords mets et vins. Ils sont parfaits ! Son palais trouve toujours le vin qui va sublimer le plat. Vous pouvez lui faire confiance les yeux fermés mais les papilles toujours en éveil !

Depuis qu’ils ont acquis une étoile, le concept demeure. Il n’existe pas de carte, vous vous laissez porter par le Chef et son équipe. Le menu change tous les jours au gré des idées et des saisons. La qualité du produit est toujours exceptionnelle. La matière première est choisie avec beaucoup de soin.

Le Chef Tanguy Laviale, toujours créatif, continue de nous procurer des émotions inoubliables. Son talent est inépuisable. Il sait sans aucun doute transmettre à son équipe sa passion pour la cuisine et son savoir-faire. La bonne ambiance qui règne dans la brigade et la qualité des mets témoignent de cette belle transmission. Le Chef reste accessible et à l’écoute de sa clientèle. Un jour, je lui ai demandé comment il pourrait définir Garopapilles. Sa réponse fut : « Un bistro chic, une cuisine amoureuse et gourmande. Le tout, c’est de faire plaisir ». Pari réussi !

Tartare de langoustine et mangue. J’ai adoré cette entrée. Juste sublime !

Je vous donne quelques exemples de plats que vous pourriez déguster à Garopapilles. Mais comme je vous ai déjà dit, le chef change chaque jour les mets selon ses envies et la palette est très riche, je vous laisse donc découvrir sans tout vous dévoiler.

Garopapilles est plus qu’un simple restaurant, c’est une promenade gustative, une expérience des saveurs et un bonheur pour les sens.

Eva.

Salade au pesto de kale

Vous rappelez-vous du pesto de chou kale ?

Le jour même, j’ai fait des pâtes avec le pesto. Le lendemain, j’ai eu envie de fraîcheur, vu que le soleil joue à cache-cache ces derniers temps. Un peu de couleur dans l’assiette quand l’astre solaire disparait, ça fait du bien. Si vous avez réalisé le pesto, vous avez vu que cela ne nécessite pas beaucoup de temps. Pour cette salade, c’est pareil.

Pendant les vacances de février, on a fait une petite escapade en Espagne. On a passé une nuit à San Sebastian. On a vraiment de la chance d’habiter si près d’une ville aussi belle que Donostia (son nom en basque). A chaque fois que j’y vais, je suis hypnotisée par la plage de « La Concha ».

Je pourrais passer la journée entière à contempler cette magnifique baie. Comme dans un décor de cinéma les gens vont et viennent, se promènent, se baignent…mais le paysage époustouflant demeure mais change de couleur au fil de la journée.

Hypnotisant, je vous dis !

Ingrédients pour 1 personne :

  • 2 cuillères à soupe de pesto

  • 1 carotte violette

  • 1 avocat

  • Quelques feuilles de mâche

  • 1 œuf

  • 4 ou 5 radis

  • 1 filet d’huile d’olive vierge

Disposez les feuilles de mâche dans votre assiette. Coupez en fines lamelles la carotte, ainsi que les radis et l’avocat. Rajoutez-les à la salade.

Cuisez l’œuf. J’ai une petite astuce pour les œufs. Ouvrez l’œuf dans un petit bol, salez et poivrez. Introduisez le bol au micro-ondes entre 20 et 30 secondes (Selon la texture que vous aimez et la puissance de votre micro-ondes).

Disposez l’œuf sur la salade et ajoutez le pesto. Arrosez le tout avec un filet d’huile d’olive. Votre salade est prête à déguster !

Il y a ceux qui attendent la vague sans trop se mouiller…

Et il y a ceux qui se mouillent jusqu’au bout sans trop se poser de questions !

La plage reste la même pour tous. Connaissez-vous San Sebastian ? Allez-y, cette baie est seulement une partie de ce qui vous attend. Sa gastronomie est réputée partout dans le monde et son ambiance ne vous laissera pas indifférent.

Eva.

Pesto de kale, persil et cacahuètes

Le pesto est un de mes indispensables. J’aime bien détourner ce mélange d’origine italienne. Le pesto original est à base de basilic et de pignons de pin mais comme moi j’aime le consommer tout au long de l’année, je l’adapte au fil des saisons. Pour la version hiver, j’ai opté pour le chou kale. Depuis que j’ai découvert cette variété de chou, je ne peux plus m’en passer. Il faut dire que le chou kale a beaucoup d’atouts. Il a moitié moins de calories que les autres variétés, source de calcium et de vitamines A et C… Bref, il n’a que des qualités.

Les cacahuètes sont souvent montrées du doigt parce qu’elles sont très riches. C’est vrai mais elles sont aussi un allié contre la fatigue et le stress. Elles contiennent des protéines, des minéraux (fer, magnésium, entre autres), des acides gras non saturés et des vitamines…

Vous l’aurez compris ces deux super aliments, étaient faits pour se rencontrer !

Ingrédients :

  • 65 g de cacahuètes

  • 2 petites gousses d’ail

  • 120 ml d’huile d’olive

  • Le jus d’un citron

  • 20 g de parmesan

  • 30 g de persil

  • 90 g de chou kale

Lavez le chou kale et retirez la grosse tige de chaque feuille. Mettez tous les ingrédients dans le bol de votre robot et mélangez. Le pesto est prêt pour être intégré à vos salades, vos pâtes ou même sur vos tartines, c’est très bon. Vous pouvez conserver le pesto quelques jours dans un bocal au réfrigérateur.

Avec le pesto de kale, j’ai réalisé des pâtes au thon. Pour les préparer, vous aurez besoin d’une boîte de thon, de câpres, de deux cuillères de pesto mélangées avec un filet de crème liquide, quelques feuilles de persil et du parmesan. Un bon plat fait en cinq minutes chrono grâce au pesto préparé à l’avance.

Pendant, les vacances de février, j’ai contemplé et photographié les premières fleurs dans le jardin de mamie. C’est bien la preuve que le printemps est déjà très proche !

Si vous aimez le pesto, vous avez aussi la version aux épinards. 

Eva.

Monsieur Canelé, le bordelais

Pour ceux qui ne les connaissent pas, les canelés sont une spécialité bordelaise qui date du XVIII siècle. Depuis que j’habite à Bordeaux, les canelés font partie de ma vie. Ce petit gâteau est omniprésent dans la ville, certains bistrots offrent même un mini canelé pour accompagner le café.

Je me demande pourquoi je n’ai pas encore réalisé la recette pour mon blog. Pour faire ces petites gourmandises, il est nécessaire d’utiliser des moules en cuivre spécifiques, certes ils sont un peu chers mais c’est un investissement pour la vie. Sinon, dans toutes les grandes surfaces vous pouvez trouver des moules en silicone.

Cette semaine, il a neigé à Bordeaux ! Ce n’était pas grand chose, mais suffisamment pour faire quelques photos du Parc Bordelais enneigé.

Ingrédients :

  • 1/2 litre de lait

  • 1 gousse de vanille

  • 125 g de farine

  • 50 g de beurre

  • 2 œufs entiers et 2 jaunes d’œuf

  • 160 g de sucre

  • 2 cuillères à soupe de rhum

Faites bouillir le lait avec la vanille et le beurre. Laissez infuser la gousse de vanille quelques minutes.

Pendant ce temps, mélangez la farine, le sucre puis incorporez les œufs. Versez ensuite le lait encore chaud petit à petit. Mélangez doucement afin d’obtenir une pâte fluide. Laissez refroidir. Rajoutez le rhum et laissez reposer quelques heures ou même mieux une nuit entière. J’ai essayé les deux versions et franchement si vous laissez reposer la pâte quelques heures, les canelés sont aussi bons que si la pâte repose toute la nuit au frigo.

Préchauffez le four à 220°c.

Mélangez la préparation à nouveau. Essuyez et engraissez les moules avec du beurre (ou une matière grasse végétale). Cette étape est très importante si vous réalisez les canelés dans des moules en cuivre comme moi. D’abord, je fais fondre le beurre dans un petit bol et ensuite à l’aide d’un pinceau j’engraisse les moules en faisant bien attention d’aller dans chaque recoin. Si vous réalisez bien cette étape, le démoulage sera un jeu d’enfant.

Versez la pâte dans les moules en laissant un centimètre.

Faites cuire les canelés à 220°c pendant 15 minutes et après continuez la cuisson 45 minutes à 180°c. Dans mon four, ces températures marchent très bien mais la réussite des canelés se joue énormément au moment de la cuisson, et selon les fours, la puissance est très différente. Si votre four, est très puissant, je vous dirai plutôt de poursuivre la cuisson à 175°c. Le canelé doit avoir une croûte brune et un intérieur moelleux.

Si vous optez pour des moules en cuivre, démoulez à chaud et laissez refroidir. Si vous les réalisez avec des moules en silicone, laissez refroidir un peu avant de les démouler.

Connaissez-vous les canelés bordelais ?

A t-il neigé chez vous ?

Eva.

Madeleines aux zestes d’orange sanguine

J’ai déjà un certain nombre de recettes de petites madeleines mais je n’ai pas pu résister au plaisir d’en réaliser avec des zestes d’orange.

Ces petites douceurs se mangent sans faim à n’importe quelle heure de la journée. Elles sont vraiment irrésistibles.

Ingrédients :

  • Les zestes d’une orange sanguine non traitée

  • 2 œufs

  • 65 g de sucre

  • 4 cl de lait

  • 5 g de levure

  • 140 g de beurre doux

  • 125 g de farine

Pour le glaçage  :

  • 60 de sucre glace

  • 15 ml de jus d’orange

Dans un saladier, mélangez les œufs et le sucre. Versez le lait et mélangez à nouveau. Ajoutez la farine et la levure, tamisées. Faites fondre le beurre et ajoutez-le au mélange. Râpez une orange et ajoutez tous les zestes.

Laissez reposer la pâte au réfrigérateur pendant deux heures environ.

Graissez le moule avec du beurre. Versez la pâte et enfournez 10 minutes environ à 200°c.

Mélangez le sucre glace et le jus d’orange puis enduisez les madeleines de ce glaçage, à l’aide d’un pinceau. Une fine couche se formera pour donner un aspect moelleux à l’intérieur et croquant à l’extérieur.

À déguster sans modération.

Eva.

Mon omelette d’hiver

En tant qu’espagnole, j’adore la tortilla de patata (omelette de pommes de terre). C’est une recette très simple, on peut la manger chaude, froide, en été, en hiver…On peut la savourer à l’apéritif, à l’heure du repas ou même au petit-déjeuner.

Elle se prête volontiers à une pique-nique et elle est parfaite autour d’un brunch. Bref, j’adore la tortilla ! J’aime beaucoup la version traditionnelle, avec des pommes de terre et des œufs. Mais j’apprécie aussi de la réaliser avec des légumes de saison. Celle-ci est faite avec des champignons, des épinards et du chou kale. Accompagnée d’une salade, elle assure un bon repas.

À Bordeaux, en hiver comme à chaque saison, nous avons toujours le même plaisir à flâner dans les rues et quartiers de la ville.

Ingrédients :

  • 6 œufs

  • 4 ou 5 pommes de terre

  • 50 g d’épinards

  • 50 g de kale

  • 2 ou 3 champignons coupés en lamelles

  • 5 cl d’huile d’olive environ et sel

Pour la salade :

  • De la mâche

  • 2 ou 3 champignons coupés en lamelles

  • Quelques noix

  • 1 pomme

  • Sauce vinaigrette à la moutarde de Dijon

Épluchez les pommes de terre, lavez-les et sèchez-les à l’aide d’un torchon.

Dans une poêle, versez l’huile d’olive et faites chauffer sur feu moyen. Versez les pommes de terre et baissez un peu le feu. Il faut que les pommes de terre soient cuites sans être frites. Salez un peu.

Pendant ce temps, lavez et sèchez le reste des légumes. Réservez-les. Coupez les champignons en lamelles et réservez-les également.

Quand les pommes de terre sont bien cuites, à l’aide d’un couvercle ou d’une grande assiette (le ou la même que vous utiliserez pour tourner l’omelette) retirez l’huile d’olive de la poêle et réservez dans un petit récipient.

Dans la même poêle, faites revenir 5 minutes environ les épinards et le chou kale. Ils vont réduire de volume.

Dans un saladier, battez les œufs avec une pincée de sel. Rajoutez les pommes de terre, ainsi que les épinards et le kale. Remuez le tout.

Rajoutez juste un peu d’huile d’olive dans la poêle. Versez le mélange du saladier à cuire. Y rajoutez les lamelles de champignon.

Laissez prendre à feu moyen en remuant de temps en temps (le temps dépend de votre préférence pour la texture). Puis retournez l’omelette à l’aide d’un couvercle et continuez la cuisson.

Faites glisser l’omelette dans un plat et dégustez-la accompagnée d’une salade.

Voilà une façon simple de savourer l’hiver. Parce que chaque saison a son lot de bonheur et plaisir.

J’en profite aussi pour vous dire que j’ai un nouvel outil pour mon blog. Il s’agit d’un support en bois de châtaignier du Périgord, réalisé par un ami périgourdin. Je suis ravie, je trouve que mes recettes prennent un air plus naturel.

Eva.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...