Eva & Torocoro

Blog de cuisine et coups de coeur

Purée de pommes de terre et céleri-rave

Une fois de plus, je dois vous dire que me rendre au marché le samedi, ne m’apporte que du positif. Pour ma part, le rendez-vous du marché est toujours le samedi mais peut-être que dans votre ville ou quartier, il a lieu un autre jour.

N’hésitez pas à vous renseigner ! Souvent les gens pensent que les marchés sont beaucoup plus chers que les grandes surfaces. Il faut aller à la découverte et à la rencontre des « véritables » producteurs au cœur du marché.

Comme il n’existe pas d’intermédiaire entre le producteur et le consommateur, les prix sont moins élevés. Les légumes sont de saison et la fraîcheur est réelle. Méfiez-vous des commerçants qui vous vendent des tomates en hiver !

Il y a aussi un autre côté positif, que vous ne trouverez que difficilement dans les grandes surfaces, c’est que vous pouvez discuter avec les gens. C’est comme ça que j’ai obtenu ma recette. C’est une dame qui m’a expliquée comment elle utilisait le cèleri-rave. Elle a partagé avec moi, sa recette de purée.

Pendant les vacances scolaires, nous avons séjourné quelques jours à la campagne, dans l’Aude. C’est une région magnifique et s’y balader en automne est une joie.

Ingrédients :

  • 1 céleri-rave pas très grand (300 g)

  • 700 g de pommes de terre

  • 30 cl de lait (Ça dépend de la consistance que vous voulez lui donner)

  • 30 g de beurre

  • Sel, poivre

  • Ciboulette (optionnelle)

J’ai pris un céleri-rave plutôt petit, comme c’était la première fois… J’avais peur que le goût soit alors trop prononcé dans la purée. En principe, j’utilise un kilo de pommes de terre pour réaliser ma purée traditionnelle. J’ai donc adapté la quantité de pommes de terre par rapport au poids du céleri-rave pour que le poids soit d’un kilo.

Épluchez et lavez les pommes de terre, coupez-les en morceaux. Vous pouvez les cuire à la vapeur, dans une cocotte-minute, 15 à 20 minutes environ seront suffisantes. Sinon, il est possible de les faire cuire dans une casserole avec le lait directement.

Une fois les légumes cuits, pressez-les avec un presse-purée, ajoutez le lait (si vous avez cuit les légumes à la vapeur) et le beurre. Remuez à nouveau.

Salez, poivrez et introduisez de la ciboulette ciselée finement.

Si vous avez le thermomix, c’est encore plus facile à réaliser. Insérez le fouet. Lancez les morceaux de pommes de terre et céleri-rave dans le bol, versez le lait et le sel, faites cuire pendant 25 minutes/100°/vitesse 1.

Insérez le beurre et fouettez 30 sec/vitesse 3.

Cette purée est parfaite pour accompagner de la viande ou du poisson.

J’ai entendu dire au marché que le céleri-rave est aussi fameux tout cru en salade. J’ai déjà ma petite idée pour une prochaine recette.

Eva.

Gâteau à la poire, aux graines salées et chocolat

Maintenant que l’automne est installé, déguster une part de gâteau bien au chaud, à la maison, est plus que tentant. Celui-ci est parfait pour un après-midi cocooning.

On pourrait dire que ce gâteau est évolutif. Au début, j’avais juste envie d’un simple gâteau à la poire. Après j’ai pensé qu’en rajoutant des pépites de chocolat, ce serait encore meilleur.

Pendant la cuisson du gâteau, j’ai grignoté quelques graines que j’avais grillées auparavant. Une idée m’a alors traversée l’esprit, pourquoi ne pas les mélanger au chocolat. Et voilà comment est né ce gâteau gourmand à souhait.

Le mariage des graines salées avec le chocolat est exquis, on retrouve un côté sucré-salé et croustillant.

Ingrédients :

  • 150 g de beurre

  • 100 g de sucre de coco

  • 3 œufs

  • 80 g de farine d’épeautre

  • 75 g de poudre d’amande

  • 50 g de pépites de chocolat

  • 1 grosse poire ou 2 petites

  • 1 sachet de levure chimique

Couverture :

  • 50 g de graines de courge et de tournesol cuites au four

  • 150 g de chocolat noir

Déposez dans le bol de votre robot, le beurre avec le sucre et mélangez jusqu’à obtenir une préparation crémeuse. Rajoutez les œufs un à un sans cesser de remuer.

Incorporez la farine avec la poudre d’amande et la levure puis incorporez-les au mélange précédent. Remuez à nouveau. Coupez la poire en morceaux et ajoutez-la au mélange ainsi que les pépites de chocolat. Touillez doucement le tout.

Versez la pâte dans le moule de votre choix. Graissez le fond ou déposez une feuille de papier sulfurisé.

Enfournez pendant 30 à 35 minutes environ à 180°c.

Laissez refroidir le gâteau pendant que vous préparez le reste.

Les graines peuvent être préparées à l’avance. Je réalise souvent cette recette de graines. Elles se conservent facilement dans un bocal et on peut les utiliser de différentes manières.

Elles seront parfaites pour grignoter à l’apéro mais aussi pour intégrer aux salades et comme topping de vos veloutés.

Rien de plus facile, disposez les graines crues dans un plat allant au four recouvert d’une feuille de papier sulfurisé. Arrosez avec un filet d’huile d’olive et salez. Enfournez à 180°c pendant 15 minutes environ.

Pendant ce temps, faites fondre le chocolat au bain-marie. Une fois que le chocolat est lisse, mélangez-le avec les graines hors du feu. Gardez-en quelques unes pour présenter dessus.

Nappez le gâteau avec le chocolat fondu et les graines. Saupoudrez de quelques graines supplémentaires et laissez refroidir.

Vous avez le weekend devant vous, alors qu’est-ce que vous attendez pour essayer cette délicieuse recette ?

Et bien sûr avant ou après la dégustation, une bonne balade s’impose. Le parc bordelais est très beau à cette époque de l’année.

Eva.

Les brioches à la cannelle de Pascal

Vous connaissez déjà mon amour inconditionnel pour les brioches, surtout à cette époque de l’année. Je suis toujours à la recherche de nouvelles recettes et j’ai trouvé mon bonheur avec celles-ci.

Elles sont gourmandes, moelleuses, réconfortantes et irrésistibles. Que peut-on demander de plus à une brioche ?

Avec le goût de la cannelle, nous sommes tout de suite transportés ailleurs. On s’imagine déjà devant un feu de cheminée pour profiter de ces délices.

La recette vient de Pascal, le propriétaire du café Kuro. J’y vais régulièrement prendre un café et plus si affinité. Souvent, j’accompagne mon café d’un financier ou d’une brioche à la cannelle.

J’ai demandé la recette et voilà, maintenant je peux les faire à la maison mais pour les déguster avec un bon cappuccino, c’est toujours sur place, chez Kuro.

Ingrédients :

  • 200 ml de lait

  • 1 bouchon de rhum (dosez-le comme vous voulez)

  • 4 c. à c. d’extrait de vanille

  • 1 sachet de levure boulangère

  • 120 g de beurre

  • 2 œufs

Garniture :

  • 120 g de beurre

  • 60 g de sucre

  • 2 c. à s. de cannelle

Émiettez la levure dans un récipient avec le lait tiède, le rhum et la vanille. Laissez reposer quelques minutes le temps que la levure commence à se diluer.

Versez dans le bol de votre robot, la farine, le sucre et les œufs puis mélangez.

Incorporez le mélange liquide et remuez à nouveau. Rajoutez le beurre et pétrissez pendant 5 minutes environ, jusqu’à ce que la pâte soit quasiment décollée des parois.

Couvrez la pâte avec un torchon propre ou du papier film et laissez reposer jusqu’à ce qu’elle ait doublé de volume.

Après la pousse, dégazez-la et retravaillez un peu la pâte. L’étalez sous forme d’un grand rectangle.

Mélangez la garniture : le beurre, le sucre et la cannelle. Étalez le mélange sur la partie haute du rectangle.

Rabattez la partie haute sur la partie basse et étalez à nouveau la pâte. Coupez de longues lamelles verticales, les entortiller et les nouer.

Les déposer bien espacées sur du papier sulfurisé. Badigeonnez le tout de jaune d’œuf battu juste avant la mise au four. Enfournez 20 minutes environ à 150°c.

Chez Kuro la température du four est à 140°c, mais mon four n’est pas très puissant, j’ai donc augmenté un peu plus la température.

Cette recette est prévue pour obtenir à peu près douze brioches. J’en ai fait quatorze. Ça dépend en fait de la dimension que vous leur donnez.

Mon fils s’est bien amusé à tortiller les brioches, résultat, elles sont toutes uniques. Il n’en existe pas une seule identique.

Dégustez-les comme vous voudrez, pour ma part, je les préfère au petit-déjeuner, avec mon café du matin.

Les enfants eux se régalent toujours, au goûter comme au petit-déjeuner. Il faudra donc faire une autre fournée bientôt.

Eva.

Sablés aux graines d’anis et mirabelles

L’automne est sans doute ma saison préférée. Les balades en forêt ou dans un parc se transforment en quelque chose de magique. La palette de couleurs que nous offre la nature à cette époque de l’année est époustouflante.

Se blottir dans une couverture après la balade, savourer des petits sablés, cuisiner à nouveau des petites soupes réconfortantes…

Ces petits sablés au couleur d’automne sont parfaits pour commencer la nouvelle saison avec plein de gourmandise.

Ingrédients :

  • 150 g de beurre

  • 70 g de sucre muscovado

  • 150 g de farine

  • 70 g de fleur de maïs (maïzena)

  • 1 ou 2 c. à c. de graines d’anis vert

  • Des mirabelles

Mélangez le beurre avec le sucre jusqu’à ce que la préparation devienne onctueuse, puis ajoutez la farine, la maïzena, les graines d’anis et 1 pincée de sel. Mélangez à nouveau.

Déroulez la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé. Placez-la au frigo pendant 30 minutes environ.

Préchauffez le four à 170°c.

Sortez les biscuits du frigo. Étalez la pâte sur 4 mm et découpez les biscuits à l’aide d’un emporte-pièce.

Coupez en deux les mirabelles. Disposez une moitié dans chaque sablé. Saupoudrez un peu de sucre par dessus. Enfournez pendant 15 minutes environ.

Ces petites sablés au couleur de l’automne seront idéals pour accompagner une boisson chaude et un bon livre. Bonne lecture et bonne dégustation !

Eva.

Petit mélange de la rentrée

Comme d’habitude, le mois de septembre est marqué par la rentrée. Après une semaine de reprise, les vacances semblent être déjà loin, comme un vague souvenir.

C’est donc le moment de reprendre de bonnes attitudes, on se remet à manger à des heures plus fixes et plus sainement.

Voici une recette simple à réaliser et qui est assez complète, bien sûr avec des légumes de saison, mais cette fois-ci passés au four.

Cet été, on a découvert le Lot et l’Aveyron. Les deux régions ont toutes les deux des villages plus beaux les uns que les autres. Les photos sont prises à Villeneuve d’Aveyron. Le jour du marché, tout le village est au rendez-vous sur la grande place.

Mon inspiration pour cette recette, vient des antipasti, fameuse entrée italienne. Normalement, elle est composée de beaucoup de légumes et souvent cuits au four.

Ingrédients :

  • Mélange de 5 céréales (épeautre,orge, riz long complet, blé Khorasan, avoine) En général, il existe des sachets tout prêts avec ce mélange de 5 céréales. Sinon, cette salade est aussi délicieuse avec du boulgour ou des petites pâtes

  • 1 poivron rouge, jaune et vert

  • 1 aubergine

  • 3 ou 4 gousses d’ail

  • Des tomates cerises

  • 2 ou 3 c. à c. de câpres

  • Feta

  • Quelques feuilles de basilic

  • Huile d’olive

  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique

Lavez et rincez tous les légumes. Coupez en dés les aubergines et les poivrons. Coupez les tomates en deux.

Placez les légumes dans un plat allant au four. Ajoutez les gousses d’ail en chemise. Salez et arrosez généreusement d’un filet d’huile d’olive.

Enfournez à 200°c pendant 30 minutes. Passé ce temps, sortez les tomates du four et continuez la cuisson des autres légumes 5 ou 10 minutes supplémentaires.

Pendant ce temps, faites cuire les céréales dans de l’eau bouillante et salée, environ 10 minutes. Rincez à l’eau froide et réservez.

Dans un saladier, mélangez les céréales avec les légumes. Ciselez les feuilles de basilic, ajoutez les câpres et la feta coupée en petits morceaux.

Si vous avez du parmesan, n’hésitez pas à en mettre quelques copeaux. Arrosez avec du vinaigre balsamique et de nouveau avec un bon filet d’huile d’olive.

Je l’ai accompagné de coppa pour accentuer sa saveur italienne, vous pouvez aussi le servir avec un œuf au plat.

Bonne rentrée à tous ! Et n’oubliez pas que le mois de septembre peut également venir chargé de bonnes surprises.

Eva.

Pancakes aux courgettes et à l’oseille

Samedi dernier au marché, j’ai découvert un nouveau légume, l’arroche. C’est une plante potagère qui porte plusieurs surnoms, la belle dame, le chou d’amour, l’épinard géant, le faux épinard entre autres.

Elle n’est nouvelle que pour moi, parce qu’en fait c’est un de ces légumes anciens et oubliés qui revient au goût du jour grâce aux maraîchers passionnés.

Elle se consomme comme les épinards. Les jeunes pousses peuvent se consommer en salade et les grandes feuilles cuites. Le goût est acidulé et nous avons beaucoup apprécié.

C’est un légume qui a du peps et qui se marie très bien avec d’autres légumes, comme la courgette par exemple.

C’est ainsi que ma recette est née, d’un mariage heureux entre un légume oublié et une des stars du printemps, la courgette.

Ce que j’apprécie beaucoup à Bordeaux au printemps, ce sont les terrasses. Il en existe partout et pour tous les goûts. Elles sont toujours pleines à craquer !

C’est un plaisir de se balader en ville en fin d’après-midi, la température est agréable pour prendre un verre en terrasse et refaire le monde avec ses amis.

Pancakes :

Ingrédients :

  • 150 g de farine

  • 1/2 c. à café de sel

  • 50 g de beurre (si vous avez du beurre demi-sel, inutile de rajouter du sel)

  • 1 c. à s. de sucre

  • 200 g de lait

  • 2 œufs

  • 10 g de levure chimique

 

  • 3 ou 4 petites courgettes jaunes et vertes

  • 1 botte d’arroche (goût proche des épinards) ou d’oseille (goût acidulé)

  • 3 aillets

Pour l’houmous, la recette est par ici.

Pour la petite salade :

  • Tomates

  • Feta

  • Courgettes

La sauce aux câpres :

  • 2 œufs durs

  • 3 c. à s. de câpres

  • 2 c. à c. de moutarde

  • 2 c. à s. de vinaigre de cidre

  • 2 c. à s. d’huile de colza

  • 2 c. à s. d’huile d’olive

  • Sel et poivre

Commencez par les pancakes. Déposez tous les ingrédients dans le bol d’un mixeur et mélangez jusqu’à ce que la préparation soit homogène et épaisse, sans aucun grumeau. Laissez la pâte reposer pendant que vous réalisez le reste de la recette.

Épluchez et coupez les courgettes en rondelles. Lavez et rincez l’arroche. Coupez en petits morceaux les aillets.

Dans une poêle, faites revenir les aillets avec un filet d’huile d’olive, rajoutez ensuite les courgettes et les feuilles d’arroche. Remuez de temps en temps et laissez cuire pendant 5 minutes environ. Salez et poivrez puis réservez.

Réalisez ensuite votre petite salade. Coupez quelques tomates en petits morceaux, quelques morceaux de feta et des tranches de courgettes crues.

Préparez la vinaigrette, faites cuire les œufs en premier. Dans un bol, versez tous les ingrédients de la sauce. Coupez les œufs en petits morceaux et rajoutez-les à la sauce.

Maintenant, que vous avez tous les ingrédients « en attente », vous pouvez réaliser les pancakes.

Faites cuire dans une poêle anti-adhésive, à température modérée. Versez deux ou trois cuillères à soupe par pancake. Cette fois-ci, j’ai souhaité réaliser des pancakes assez grands.

Inutile de rajouter du beurre dans la poêle. Retournez les pancakes dès que des petites bulles se forment à la surface.

Une fois les pancakes cuits, disposez deux pancakes par assiette. Ajoutez dessus le mélange de courgettes et d’arroche. Placez sur le côté la petite salade avec la sauce aux câpres, et à côté, l’houmous.

Nous avons mangé ces pancakes un soir mais ils sont tout aussi bon pour un brunch.

Une fois de plus, aller au marché et manger des légumes de saison n’a que du positif  !

Eva.

Cookies aux flocons d’avoine double chocolat

Je n’ai pas compté les recettes de cookies qui existent dans mon blog et peu importe. Quand on aime, on ne compte pas ! Et nous, on adore ça.

Cette recette, je l’ai réalisée trois ou quatre fois avant de trouver le parfait équilibre entre les ingrédients et les quantités. La dernière fois fut la bonne.

Je peux toujours compter sur mes cobayes et fans de la première heure, pour me dire si la recette va ou ne va pas.

Cette fois-ci, on est tous d’accord pour dire que ces cookies aux flocons d’avoine sont juste extras ! Je vous défie de n’en manger qu’un seul.

Les couleurs printanières illuminent la ville de Bordeaux.

Ingrédients :

  • 100 g de farine Kamut ou celle que vous préférez

  • 120 g de flocons d’avoine

  • 1. c. à s. de levure chimique

  • 100 g de beurre salé

  • 1 œuf

  • 80 g de sucre rapadura

  • 2 c. à s. de chocolat en poudre non sucré

  • 50 g de pépites de chocolat

  • 100 g de chocolat noir pour le topping

Placez les flocons d’avoine dans le bol de votre robot, mixez-les un peu s’ils sont très gros. Si vous avez choisi des petits flocons d’avoine, ce n’est pas nécessaire.

Ajoutez-y la farine, la levure et le sucre. Mélangez le tout. Incorporez l’œuf et le beurre et mélangez à nouveau. Versez les pépites de chocolat au mélange et remuez délicatement.

Préchauffez le four à 180°c.

Formez des boules de pâte avec vos mains ou à l’aide d’une cuillère et placez-les sur une feuille de papier sulfurisé recouvrant la plaque de cuisson. Enfournez pendant 10 minutes environ.

Sortez les cookies du four. Laissez-les refroidir, pendant que vous préparez le chocolat. Faites fondre le chocolat au bain-marie.

À l’aide d’une fourchette, déposez le chocolat noir sur les cookies.

Laissez refroidir à nouveau et dégustez !

On adore remplir la boîte à cookies mais elle ne reste jamais pleine longtemps !

Eva.

Tarte crue au chocolat

Les températures vont commencer à grimper, ça tombe bien parce que cette tarte se mange bien froide. Elle est constituée de trois couches différentes et délicieuses qui fondent en bouche.

J’ai voulu une tarte sans sucre et vegan, en mélangeant quelques idées d’ici et de , j’ai trouvé mon bonheur.

Trois étapes sont nécessaires pour sa réalisation mais tout est simple, c’est un jeu d’enfant. Mélanger et étaler, c’est ainsi que l’on peut résumer la préparation de ce dessert.

J’aimerais bien manger ma tarte crue à Menorca . Ici, tous les chemins vous mènent dans des criques plus belles les unes que les autres. De la plage à la nature sauvage, tout est très bien préservé.

Je me vois bien savourer une part de tarte sous un pin parasol, contemplant la méditerranée. Les photos datent de juin dernier lorsqu’on a découvert cette île enchantée.

Ingrédients :

Base :

  • 100 g de graines de tournesol

  • 2 c. à soupe de coco râpée

  • 10 dattes dénoyautées

Couche de chocolat (deuxième étape) :

  • 100 g de chocolat noir

  • 10 cl de crème de coco

Garniture (troisième étape) :

  • 4 c. à soupe de cacao non sucré

  • 6 c. à soupe de graines (courge, tournesol, oléagineux)

  • 2 c. à s. d’huile de coco

  • 3 c. à s. de miel

  • 2 c. à s. d’eau

Commencez par réaliser la base, c’est simple et rapide, disposez tous les ingrédients dans le bol de votre robot et mixez pendant au moins 2 minutes. Vous obtiendrez ainsi une pâte.

Humidifiez-vous les mains pour pouvoir étaler plus facilement cette pâte dans un moule. Une fois étalée, mettez-la au frigo et poursuivez avec la deuxième étape.

Faites fondre le chocolat au bain-marie. Hors du feu, mélangez-le à la crème de coco. Versez ce mélange sur la pâte. Placez au réfrigérateur à nouveau.

Réalisez la troisième étape. Dans le bol de votre robot, mélangez tous les ingrédients et mixez jusqu’à obtenir une pâte.

Cette fois-ci, elle est moins dense que la première. Étalez sur la deuxième couche et replacez au frigo pendant au moins 3 heures.

Vous pouvez aussi réaliser la version « power balls », plus facile à emporter et à préparer. Je les ai confectionné seulement avec la base et la troisième étape.

Dès que la base est prête, vous prenez de petits bouts avec les mains et vous façonnez des boules. Après déposez-les au frigo, pendant que vous faites la troisième couche.

Roulez les boules dans la garniture et réservez-les au frigo pendant au moins trois heures. Au moment de servir, vous pouvez râper un peu de chocolat noir dessus.

Cette tarte est idéale pour un pique-nique. Vous pouvez la réaliser la veille et la transporter le jour même dans une glacière. Si vous la coupez en petits carrés, elle servira pour un café gourmand.

Accompagnée de fruits de saison, c’est encore mieux. Les framboises se marient très bien avec le chocolat et elles ne font qu’augmenter son côté frais et estival.

Et vous, où aimeriez-vous déguster cette tarte crue ?

Eva.

Un château en ville, une adresse à déguster sans modération

J’ai récemment découvert cette belle adresse bordelaise, en compagnie de Sophie du blog Bordeaux cuisine and co et de Gaëlle de Mon bonheur gourmand. Toutes les trois, nous avons une passion commune, on adore découvrir de nouvelles adresses gourmandes et les partager.

J’ai tout de suite apprécié le concept d’Un Château en ville. Le château de Lentille se trouve à environ 40 minutes de Bordeaux, dans le vignoble bordelais de l’appellation Entre-deux- mers.  Estelle Roumage élabore des vins fruités, dans un vignoble où tout est mis en oeuvre pour respecter la terre et l’environnement.

Pour faire déguster et découvrir ses vins au plus grand nombre, quoi de mieux que de créer une cave – boutique en plein centre ville de Bordeaux.

Il est possible de se déplacer jusqu’au château et d’y admirer les vignes, c’est d’ailleurs une belle idée de sortie.

Cependant, savourer ses vins accompagnés de planches de bons produits à partager sans sortir de Bordeaux, c’est encore mieux lorsqu’on est citadin.

Les planches sont réalisées avec des produits frais, de saison et locaux. Les fromages viennent de la boutique d’affinage « L’héritage de Robert« , les fruits et légumes sont achetés avec soin chez « La Recharge« , à deux pas de la cave.

Le pâté, le foie gras, les rillettes et autres proviennent de la ferme ‘La Gaube » dans les Landes, les cannelés salés et sucrés sont d’Auguste K.

Quand d’excellents produits accompagnent un bon millésime, ce n’est que du bonheur !

Planche Eugène

Il existe quatre planches différentes avec des noms évocateurs : Eugène, Louis, Estelle et la dernière est végétarienne. Tous les goûts sont satisfaits !

Elles sont très généreuses, si vous désirez manger sur place, une planche pour deux est suffisante. Si vous voulez seulement prendre un verre et grignoter, je vous conseille de partager la planche à quatre.

J’y suis allée spécialement pour essayer leur brunch. Ces dernières années, le concept de « Brunch » a explosé à Bordeaux. De nombreuses adresses le font, surtout dans les cafés.

On a commencé par des huîtres Marennes d’Oléron n°3. Elles se marient parfaitement avec le vin blanc du Château Lestrille, qui a des arômes d’agrumes et de pêche blanche.

On a poursuivi avec une assiette généreuse, composée de fromages, de foie-gras, d’houmous à la betterave, de fruits secs et de légumes.

Et on a terminé par un dessert maison (qui varie selon les envies et les saisons) accompagné d’une boisson chaude.

Le brunch est servi les samedis et les dimanches et croyez-moi, ce n’est pas la peine de se lever tôt pour bruncher. Le samedi, vous pouvez le déguster de midi à minuit.

Le dimanche, il est servi de dix heures à seize heures. Avec ces horaires, les codes ont changé, désormais chez « Un château en ville » vous pouvez grignoter à n’importe quelle heure.

Les prix restent très raisonnables. Le verre de vin varie entre 3 et 6 euros. Les planches sont à 20 euros et le brunch à 22 euros. L’accueil est top et j’ai également beaucoup aimé la présentation « vintage ».

Idéalement situé dans la rue Saint James, vous pourrez flâner et y découvrir les boutiques avant ou après votre brunch. Alors, ça vous dit de bruncher ce weekend ?

Eva.

Tarte rustique aux fraises

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne peux pas résister aux fraises. Leur parfum, leur saveur et même leur couleur m’enchantent.

En général, je n’arrive jamais à faire des desserts à base de fraises parce que j’adore les manger natures et si un bol de fraises reste prêt de moi, il n’arrive jamais jusqu’au dessert…

Cette fois-ci, j’ai réussi à résister, hormis une ou deux que j’ai dévoré, le reste a bien été utilisé pour la tarte. Franchement, ce sacrifice en valait la peine car cette tarte peu sucrée, est juste divine.

Quelle est la saison idéale pour visiter le Bassin d’Arcachon ? Hors-saison, bien sûr !

C’est maintenant qu’on en profite pour se promener et déguster un plateau d’huîtres au village des pêcheurs nommé Le Canon.

Pour la pâte :

  • 200 g de farine

  • 100 g de beurre doux

  • 2 ou 3 cuillères de rapadura ( sucre de canne complet )

  • 1 pincée de sel

Pour la garniture :

  • 500 g de fraises

  • 1 poignée de myrtilles

  • 180 g de ricotta

  • 5 c. à s. de sirop d’érable ou de miel

Préparez la pâte: déposez la farine, le beurre en morceaux, le sucre et le sel dans le bol d’un robot, mixez jusqu’à ce que vous obteniez un mélange sableux, puis ajoutez l’eau et mixez par à-coups jusqu’à ce que la pâte forme une boule.

Roulez la pâte en boule et mettez-la 30 minutes au réfrigérateur.

Pendant ce temps, mélangez la ricotta avec 4 c. à soupe de sirop d’érable ou de miel.

Lavez les fraises et coupez-les. Sortez la pâte du réfrigérateur et étalez-la sur votre plan de travail. Déposez-la sur un moule à tarte.

Préchauffez le four à 180°c.

Étalez le mélange de ricotta et sirop d’érable sur la pâte. Disposez par dessus les fraises et les myrtilles. Repliez les bords de la pâte sur elle-même sans trop travailler les bords, afin de laisser un côté rustique.

Réservez à part quelques fraises et myrtilles.

Enfournez pendant 35 minutes environ.

Une fois sortie du four, rajoutez dessus le reste de fraises et de myrtilles. De cette façon, il y aura une partie des fruits cuits par la chaleur et il y aura aussi la fraîcheur des fruits ajoutés après la cuisson.

Servez accompagnée de fromage blanc, de crème fraîche ou pourquoi pas d’une boule de glace.

Eva.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...